Ecrire pour Vivre

Ecrire pour Vivre. Un rêve pour certains, une réalité pour d'autres. Et si on écrivait, simplement ?
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Vertigo

Aller en bas 
AuteurMessage
L'Effarouchée
Plume timide
avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 29

MessageSujet: Vertigo   Lun 20 Juin - 19:46

Vertigo




« Ta panta rhei ! »
Héraclite d’Ephèse





Penché sur un miroir, savourant mon vertige,
Je voguais indolent parmi mes souvenirs ;
Et je me demandais qui pourrait m’affranchir
De toi, de mes regrets, de tes mots, des vestiges…



« Mon bel amour, t’en souviens-tu ? Au point du jour, dans tes bras nus, je demandai qui de nous deux ce triste jeu emporterait -

Mais dès longtemps, tu le savais, qu’évanescent se dessinait le dénouement de notre histoire…

Dans l’air du soir s’en vont dansant ceux qui rêvaient si vivement d’échappatoires ! »



Mais tu ne chantes pas - seuls résonnent mes cris ;
Dans la pluie d’un matin le passé se distille :
Le soleil s’est éteint dans le ciel immobile -
Qu'avons-nous perdu là? Qu'avons-nous donc acquis?



« Penchée près de tes yeux, je sentais tes longs cils battre contre ma joue comme une paire d’ailes –

Car c’était une ombelle ombrant ton regard doux, une fleur volubile autour d’un œil curieux…

Mais tu disais : acta est fabula – notre pièce est jouée, etc. »




Qu'avons-nous perdu là, sous la pluie d’un matin,
Dans le ciel immobile où résonnent mes cris ?
Le passé se distille, un soleil s’est éteint,
Et tu ne chantes pas ; qu'avons-nous donc acquis?


Le rideau redescend sur une scène morte ; spectateurs et passants applaudissent puis sortent.
J’ai joué cette idylle doucereuse et futile pendant bien des années ;
Et mon air de Pierrot m’assurait les bravos d’une foule endimanchée.


Mon bel amour est mort il y a bien des ans ;
Et je joue depuis lors des drames saisissants
Par leur médiocrité.
Les gens viennent y voir leur lot de tragédie,
Puis s’en vont en sifflant, repus et bien réjouis,
A travers le quartier.


Qu'avons-nous perdu là, dans ce ciel immobile?
Seuls résonnent mes cris sous la pluie du matin:
Si tu ne chantes pas, mon passé se distille.
Qu'avons-nous donc acquis? Le soleil s'est éteint!







JUIN 2011


AURÉLIEN CLAUSE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://effarouchee.wordpress.com/
 
Vertigo
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gillet Vertigo Team "Hobby 2000" pour l'EEC 2010 à Dison
» Partenariat n°10 : TOULOUSE VERTIGO offert par Les Nouveaux Auteurs
» TOULOUSE VERTIGO de Marie Christine Janton
» Lots à prix cassés !! Image !! Vertigo !!
» Vertigo !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ecrire pour Vivre :: Ecrire :: Les Landes aux Poèmes-
Sauter vers: